Katanas-Samurai
Le Iaido ou l'art du sabre japonais.
Le Iaido « La voie de la vie en harmonie », ou « Exister en union avec la voie », est une forme d'art martial issue du Bushido qui comportait 18 arts de combats. Il se pratique généralement avec un katana non tranchant qu'on appelle Iaito. A haut niveau, il peut être pratiqué avec un katana tranchant. Il regroupe un ensemble de techniques d'escrime au katana qui consistent à dégainer et couper dans le même mouvement. Dans les temps reculés, le Iaido était aussi apellé "Saya no uchi" (Litt : Sabre au fourreau) qui signifiait que le combat pouvait être gagné sans sortir son sabre.
Iaido seiza
Ses origines remontent à la période des guerres (Sengoku-jidai entre le 14éme et le 17éme siècle).La sécurité était précaire et le guerrier (Samurai ou Bushi) portait en permanence le Katana passé dans la ceinture le tranchant tourné vers le haut. Les Bushi avaient remarqué que lors d'attaques imprévues (Au détour d'un carrefour, à l'intérieur d'un bâtiment), c'est la rapidité avec laquelle on dégainait et on enchaînait une contre-attaque qui permettait d'acquérir un avantage fondamental dans le combat.

De nombreuses situations et circonstances d'attaques surprises furent systématiquement étudiées, afin de déterminer les techniques les plus efficaces et les plus appropriées pour contrer les nombreuses formes d'attaques surprises et les raids ennemis.

La tradition veut que la première formalisation du Iaido soit due à un certain Hayashizaki Shinsuke Shigenobu né vers 1542 à Shinzaki en Dewa .
La pratique du Iaido
Le Iaido est aujourd'hui largement pratiqué au Japon et dans le monde. Cet étonnant succès pour un art martial pouvant paraître somme toute très ésotérique est dû à une raison principale, la prise de conscience par les anciens maîtres de l'époque Meiji que le Iaido disparaîtrait si les écoles jusque-là très fermées ne s'ouvraient pas au public.

L'essentiel de la pratique du Iaido consiste en l'apprentissage et l'exécution de Kata, séquences de mouvements précis, s'exécutant la plupart du temps seul et correspondant à un scénario (Bunkaï). Certaines écoles proposent des séries de Kata à deux (Kumi Iai pour Sui O Ryu).Ces formes constituent autant de supports à l'enseignement et permettent la transmission de l'ensemble des techniques d'une école.
Les Kata se composent à la base des quatre mêmes étapes :
- Dégainé et première coupe (Nukitsuke ou Nukiuchi)
- Coupe principale (Kiri oroshi) - nettoyage de la lame (Chiburi)
- Rangement de la lame dans le fourreau (Noto) De nombreuses variantes, coupes, frappes d'estoc, frappes avec la poignée du sabre, sont ajoutés dans certains kata.
Les kata démarrent soit debout (Tachi iai), soit à genoux au sol (Seiza), soit dans une position avec un seul genou au sol (Tate hiza). Son apprentissage est très difficile et non immédiat. Comme le Budo, le Iaido est une histoire de passion, de volonté et de sérénité, c'est l'expérience d'une vie. Beaucoup de pratiquants abandonnent leur quête en cours de route, car le chemin est long, pénible et les illusions nombreuses. Soyez durs avec vous-mêmes et tolérants avec les autres.
Le Seitei Iai ou Iaido ZNKR
Iaido kata
Dans un souci d'unification et afin de permettre à tous les pratiquants d'avoir une base commune, les experts de la Fédération Japonaise de Kendo (Zen-Nippon-Kendo-Renmei, ZNKR ) ont développé une nouvelle école le Seitei-Iai qui comporte aujourd'hui 12 Kata inspirés de Kata de divers Koryu Koryu (Ecoles anciennes). 3 Kata au sol en Seiza, 1 Kata au sol en Tate-hiza et 8 Kata debout en Tachi-iai. Le Seitei Iaï a été créé pour permettre aux pratiquants de Kendo de ne pas perdre les techniques de sabre et les notions de coupes. Le Seitei Iaï permet de se présenter et d’obtenir les grades fédéraux, les seuls reconnus au niveau national et international, du 1er au 8ème Dan.
Les Koryu (Ecoles anciennes): SUI Ô RYU, ENSHIN RYU, MUSO SHINDEN RYU, KATORI SHINTO RYU, TAMIYA RYU
Même si l'histoire officielle du Iaido tourne autour du Muso-shinden-ryu il existe encore de nos jours un très grand nombre de Koryu. La plupart ne rassemblent que quelques dizaines de pratiquants alors que les plus connus rassemblent à eux seuls la quasi-totalité des pratiquants et présentent un certain degré d'organisation (Stages enseignants, manuels, etc.).
La plupart des Koryu comptent des dizaines de Kata regroupés généralement en trois familles de difficulté croissante : Le Shoden : débutants Le Chuden : pratiquants confirmés L'Okuden : experts Il ne faut toutefois pas se méprendre sur la notion de difficulté. En effet les Kata en eux-mêmes ne sont généralement pas beaucoup plus compliqués, mais c'est leur réalisation qui est plus exigeante (qualité des enchaînements, du réalisme, etc.). Autrefois la forme la plus avancée Okuden n'était d'ailleurs enseignée qu'aux meilleurs étudiants.
La tradition qui s'est perpétuée jusqu'à nos jours dans les Koryu, nous donnent une idée approchante, une représentation de ce que pouvait signifier cette Voie. Savoir développer les vertus du courage et de la maîtrise de soi dont l'objectif est de tendre vers l'homme complet.
La recherche de la voie (Michi) dans la pratique du Iaido
La pratique de cet art martial exige un esprit solennel, une concentration extrême et de l'habileté. Chaque mouvement, tels que les mouvements de vos bras, de vos jambes et de votre corps, doivent correspondre aux mouvements offensifs de votre adversaire et il est très important que le pratiquant suive et applique complètement et soigneusement, les règles de la discipline.

Le secret du Iaido, "'Un esprit calme". Le cœur serein, vous mettez votre main sur la Tsuka de votre sabre et en une fraction de seconde votre main sort le sabre pour réaliser une coupe, puis vous retrouvez votre esprit calme.

L'esprit serein doit être cultivé à tout moment. Il est dit que le sabre est comme l'esprit. Si le sabre est en position verticale, l'esprit est à la verticale, mais si l'esprit n'est pas honnête, le sabre ne peut jamais être utilisé correctement.

Même si vous vous consacrer à sa pratique avec tout votre cœur et toute votre âme, il vous sera très difficile de maîtriser complètement le Iaido. Cependant, il vous sera possible, à travers la pratique, d'évoluer d'étape en d'étape vers le but ultime. Le Iaido dont le but ultime n'est jamais l'agressivité, est une véritable école de formation morale et physique, qui recherche la perfection humaine au travers de la pratique. Dans le Iaido, la formation de l'esprit a plus d'importance encore que la formation technique. La finalité du Iaido n'est donc pas de contrôler ou de couper un ennemi, mais plutôt de maitriser son propre EGO.
Iaido chiburi
Pour celles et ceux qui persévèrent dans cette voie, le Iaido est une discipline qui rend les gens vrais. Le Budo Japonais, c'est la vie, c'est naturel. Après de nombreuses années de pratique, l'on découvre toujours et l'on avance toujours dans sa recherche. On ouvre des portes sans arrêt, on prend conscience de la vraie valeur des choses. La vérité, on la trouve immédiatement dans le Iaido. On ne peut pas tricher. Dès qu'on commence à sortir le sabre, on se découvre. C'est l'histoire d'une vie.
Le Iaido reste encore un art martial traditionnel à part entière.
Cependant de nombreux Budo modernes se sont transformés en sport, où l'on ne recherche que les résultats visibles, en jetant, en frappant ou en projetant son adversaire, il en résulte une technique médiocre, on ne peut d'ailleurs même pas parler de technique. Cette pratique limitée ne correspond pas à la formation d'un être au caractère noble et intègre qui est l'un des objectifs du Budo.

Malgré la volonté des fondateurs du Kendo moderne (vers 1952), le Kendo s'est dénaturé en sport. Notamment à cause de la modification des Kata traditionnels et le rejet de certaines positions fondamentales.
Il est donc nécessaire de réétudier les Kata que nous ont laissés les anciens.

Mais attention, les compétitions de Iaido, commencent à prendre beaucoup trop d’importance Dans les arts martiaux traditionnels, il ne devrait pas y avoir de compétition. Il devrait y avoir seulement des rencontres, dans lesquelles on démystifierait le problème de la compétition. La compétition fait reculer l'être humain et le détourne de l'esprit du Budo.
L'étiquette ne doit pas être là pour respecter une habitude ancienne et protocolaire, mais pour établir dans le présent, une attitude de respect et d'humilité. L'intérêt de l'étiquette, lorsque celle-ci est comprise et pleinement vécue, est d'instaurer de justes relations humaines, un processus d'intégration et un moyen de prendre conscience que le dojo est un lieu sacré. Plus que dans tous les autres arts martiaux, l'étiquette (Reigi) joue un rôle très important dans le Iaido où elle est particulièrement élaborée, tatillonne et ponctuée d'un grand nombre de marques de respect (Au sabre, au Dojo, etc.).
Iaido Iaito
Sources : Denis Blanc (la Pierre et le Sabre à Bourges) Liens : CNK (Comité national de Kendo) : http://www.cnkendo-dr.com Sui O Ryu : http://www.la-pierre-et-le-sabre-iaido18.fr/sui%20o%20ryu.htm
Aucun commentaire
Ajouter un commentaire
Pseudo
Email (facultatif)
Commentaire
Copier lꞌimage