Katanas-Samurai
La guerre de boshin ou les derniers samouraïs
La guerre de boshin est une guerre civile japonaise qui débuta en janvier 1868 et se termina en mai 1869. Elle vit s'affronter les armées des clans de Satsuma , de Choshu et de Tosa, proches de l'Empereur et soutenu par la Grande Bretagne, et d'autre part les troupes appartenant au shogunat Tokugawa et les clans qui lui restèrent fidèles soutenu par l'Empire Français. Cette guerre marque une coupure entre l'époque Edo, où la classe prédominante est celle des samouraïs et l'ère Meiji où les samouraïs perdirent tous leurs privilèges et où le Japon commença son occidentalisation et industrialisation.
Samouraïs Boshin Katana
Samouraïs de Satsuma
Contexte Historique
L'arrivée du commodore Perry dans la baie d'Edo en juillet 1853 mit le shogunat en difficultés. Les conseillers du shogunat souhaitaient trouver un compromis avec les étrangers tandis que ceux de l'empereur souhaitaient une expulsion pure et simple des étrangers. Le Shogunat nu d'autres choix que d'ouvrir le Japon au commerce étranger tout en faisant des préparations militaires. Cela fut perçut comme un aveu de faiblesse du shogunat et déclenchât une crise politique sans précédent. Différent traités furent signés avec l'occident et l'isolation du japon qui avait durée 250 ans pris fin. Le commerce avec l'occident engendra une grave crise économique ce qui provoqua le mécontentement de la population. Les meurtres d'étrangers et les représailles de ceux-ci ne firent qu'affirmer la faiblesse du shogunat. C'est pourquoi en 1863 l'empereur Komei prit un rôle actif dans les affaires de l'Etat rompant avec des siècles de tradition en donnant l'ordre "d'expulser les barbares".
Les Rébellions internes
En 1864, une faction du domaine de Choshu tente de prendre le contrôle de Kyoto et du palais impérial. Les forces de la milice spéciale du Shinsen Gumi découvrirent le plan des participants d'incendier Kyoto et parvinrent à en arrêter un grand nombre lors d'un affrontement dans l'auberge Ikedaya(ce qui fut connut comme l'affaire Ikedaya). Le clan Choshu tenta de capturer l'empereur le 20 août 1864 mais les Clans d'Aizu et de Satsuma aidés par le Shinsen Gumi parvinrent à défendre les portes du palais impérial. Suite à cela le fief de Choshu fut tenu responsable et une expédition punitive fut menée par le Shogunat mais sans succès.
Le début de la guerre de Boshin
Affaiblit par son incapacité à mettre fin a la rébellion du clan Choshu et les demandes d'indemnisation des étrangers suites au divers incidents, le shogunat subit un nouveau coup dur lors de la mort du Shogun en 1866. En 1867, des seigneurs de guerre favorables à l'empereur proposèrent à son successeur de démissionner et de se soumettre à l'empereur. Dans un premier temps il accepta puis la défia le 17 janvier ce qui engendra la bataille de Toba Fushimi dix jours plus tard.
La bataille de Toba Fushimi
Suite à l'ordre de la confiscation des terres du shogun par la Cour impérial, l'armée du shogunat se mit en marche sur Kyoto sous prétexte de libérer l'empereur de l'influence des clans Satsuma et Choshu.
L'armée shogunale était trois fois plus importante que l'armée impérialiste, cependant une grande partie des troupes du shogunat était armée de yaris et de katanas alors que l'armée impérialiste était presque entièrement modernisés et possédaient des mitrailleuses gatlings ainsi que des obusiers Armstrong.
Le 28 Janvier le Shogun fut déclaré ennemi de la Cour ce qui jeta les forces du Shogunat dans la confusion et le désarroi puisque l'armée impérialiste devenait par la même occasion l'armée impériale et quiconque ouvrirait le feu sur celle-ci serait accusé de trahison. Certaines troupes du shogunat choisirent de cesser le combat tandis que d'autres fidèles au code du samouraï décidèrent de continuer.
Progressivement les troupes du Shogunat se réfugièrent au château d'Osaka après de nombreux revers du à l'apparition de la bannière impériale. Le Shogun prit la fuite ce qui conduit à l'abandon du château et à sa prise sans résistance par l'armée impériale. Cette défaite affaiblit le Shogunat et favorisa le choix de la guerre plutôt que celui du compromis politique.

Shogun Tokugawa
Yoshinobu Tokugawa, le dernier shogun en uniforme français
Toba Fushimi Boshin
Bataille de Toba-Fushimi
La bataille d'Ueno
Le 4 Juillet 1868, une bataille éclatât a Ueno pour protéger le Shogun qui s'était auto assigné à résidence au temple de Kan'ei-ji. A partir de cette base les troupes du shogunat créaient des troubles à Edo (actuelle Tokyo), forçant les troupes impériales a attaqué leurs positions retranchés. Malgrés de lourdes pertes les troupes impériales parvinrent à se saisir du temple.
Cette défaite brisa les dernières poches de résistances protégeant Edo et la dernière place forte du Shogunat tombât complétement dans les mains de l'armée impériale. Elle fut renommée Tokyo le 3 septembre 1868 et l'empereur vint s'y installer, faisant de Tokyo la capitale du Japon
La fin de l'ère des samouraïs
Suite à la saisie des terres du shogun par le nouveau gouvernement, les domaines de Tosa, Hizen, Satsuma et Choshu qui avaient été ses plus fervents opposants acceptent de placer leurs domaines sous le contrôle de l'empereur. D’autres daimyos suivent cette tendance ce qui conduit pour la première fois à une vraie centralisation du pouvoir. En 1871 tous les domaines sont rendus à l'empereur et transformés en préfectures. Les dettes et les paiements des samouraïs sont pris en charge par l'Etat. Cette charge représente un coût financier très lourd pour le nouveau gouvernement ce qui conduit tout d'abord en 1873 à l'imposition des allocations puis en 1876 à la conversion de celles-ci en obligation d'état.
Pour réformer l'armée, le gouvernement institue la conscription nationale en 1873. De fait le privilège des samouraïs d'être la seule classe à porter des armes est supprimé (Katana et Wakizashi). Les samouraïs perdent également le droit de porter des armes en ville. Ces réformes conduisent à la Rébellion de Satsuma conduit par Saigo Takamori (il a inspiré le personnage de Katsumoto dans le dernier samouraï) qui est rapidement matée par la nouvelle armée impériale (semblable aux événements du film le dernier samouraï). Malgré le fait que la distinction de samouraï soit devenue purement symbolique, leur idéal martial s'est perpétué sous forme romanesque et a souvent été utilisé comme outil de propagande.


La vraie histoire du Dernier Samouraï
Jules Brunet France Japon
La mission Française envoyée par Napoléon III
Jules Brunet fait partie de la mission envoyée par Napoléon III début novembre 1866 sous les ordres du capitaine Jules Chanoine afin d'instruire l'armée du Shogun Yoshinobu Tokugawa. Après la conquête d'Edo par les forces impériales, la France se voit contrainte de proclamer sa neutralité et de retirer ses troupes du territoire cependant Brunet accompagné de 8 camarades refuse de se retirer par solidarité avec les frères d'armes japonais qu'il a instruit.
Le 25 Décembre 1868 des troupes fidèles au shogun se replient à Hokkaïdo pour fonder la République d'Ezo dont Brunet est conseiller militaire du ministre de la défense.
Le 30 Juin 1869, la République d'Ezo assiégée par les forces impériales est contrainte de capitulée et Brunet et ses compagnons sont rapatriés de justesse pour échapper à la torture.
Rentré en France, il reçoit un blâme officiel mais ne sera jamais révoqué malgré la rumeur.
Il deviendra par la suite directeur-adjoint de la manufacture de Châtellerault.
Le personnage de Nathan Algren (joué par Tom Cruise) dans "le dernier samouraï" est très inspiré de Jules Brunet. Cependant le réalisateur à décider de situer l'histoire quelque années plus tard (1876 dans le dernier samouraï contre 1868 pour le véritable Jules Brunet).