Katanas-Samurai
Entretien du ïaïto et du katana
entretien katana
Le ïaïto est un sabre d'entrainement qui ne possède donc pas les mêmes qualités qu'un shinken (sabre tranchant) signifiant épée divine. Un ïaïto possède une lame légère, bien équilibrée et souple. Elle n'est pas forgée mais moulée et constituée d'un alliage de zinc et d'aluminium ou de zinc et de béryllium. On ne peut donc pas parler de '' fabrication traditionnelle '' . Normalement l'alliage zinc-aluminium ou zinc-béryllium ne nécessite pas d'autres entretiens qu'une mince couche d'huile. Cependant, le rituel du nettoyage du katana fait partie de l'enseignement de l'art et le soin apporté '' comme sur un vrai '' ne fait pas de mal, ni au sabre, ni au pratiquant. Il permet en outre de vérifier le bon état de l'arme.
Alors comment faire pour entretenir son ïaïto comme un shinken ? Il faut d'abord se procurer un kit d'entretien. Ce kit comprend au minimum de l'huile choji, un uchiko et du nugui-gami. Il peut être complété par un mekugi-nuki et par un katana-makura.
kit entretien katana
L'huile choji est un mélange de 99% d'huile minérale et de 1 % d'huile de trèfle (pour l'odeur). L'utilisation d'huile de trèfle pure peut entrainer l'oxydation de l'acier.
L'uchiko est l'instrument qui ressemble à une grosse sucette. Il s'agit d'un petit sac de tissu contenant de la pierre à polir en poudre. Le nugui-gami est un papier de riz très fin.
Le mekugi-nuki est un petit marteau en bronze utilisé pour ôter les mekugi et libérer la lame de la tsuka.
Le katana-makura est un petit coussin servant à déposer la lame du sabre (j'utilise un rouleau qui a servi au tameshigiri).
Parfois on désire pousser l'entretien un peu plus loin où il est nécessaire de procéder au remplacement de certaines pièces (tsuba, mekugi, seppa, habaki). Il faut alors procéder au démontage de la tsuka.
Pour y parvenir sans détruire son sabre, il faut d'abord ôter le(s) mekugi à l'aide du mekugi-nuki qui est utilisé comme marteau et comme chasse. On peut ainsi récupérer le mekugi, dans ce cas, dans un triste état. C'est cette pièce qui retient le nakago dans la tsuka. On peut donc aisément comprendre son importance. Pour désolidariser la tsuka du nakago vous pouvez utiliser un marteau et une cale en bois.
Il faut ensuite remonter le ïaïto. On commence par engager l'habaki, puis on place une seppa sur la tsuba avant d'engager le tout sur le nakago et de terminer par une deuxième seppa. Le nakago est alors engagé dans la tsuka.
Un mekugi neuf est remis en place à l'aide du mekugi-nuki. Sa mesure est prise à l'aide d'un trait de crayon, il est alors ôté et coupé à la bonne dimension avant d'être définitivement mis en place.
Source : le site du Oushi dojo
Aucun commentaire
Ajouter un commentaire
Pseudo
Email (facultatif)
Commentaire
Copier lꞌimage